Vinyls collection : Votre collection de disques en ligne
Payments by PayPal Pour continuer à vivre, Vinyls-collection a besoin de vous ! Participez à notre cagnotte.
Vous êtes ici : Accueil >> Index du Forum >> On Record >> Hommage à Jim Morrison : ma collection des Doors

Hommage à Jim Morrison : ma collection des Doors

Non Connecté manu2
Inscrit le : 05/03/16
Membre Disque d'Or
1448 messages
Posté le 11/10/21 à 20:21
Image utilisateur

The Doors, l'un des plus grands groupes de rock de l'histoire ! Et si sa célébrité est immense, son histoire est relativement courte, puisque le groupe créé en 1965, se séparera définitivement en 1973. Et la période la plus mouvementée, celle avec Jim Morrison, est encore moins longue, puisque ce dernier décéde en 1971... il y a donc tout juste 50 ans !

Jim Morrison a 22 ans lorsqu'il rencontre Ray Manzarek (claviers), Robby Krieger (guitare) et John Densmore (batteur), en 1965, à Los Angeles. Ensemble, ils fondent le groupe "The Doors", nom tiré des expériences hallucinatoires, suite à la prise de drogue, qui permettent ainsi d'ouvrir les portes de l'inconscient. Après une série de concerts dans les clubs à la mode, ils sont signés dès 1966 par la maison de disques Elektra pour produire leur 1er album...

I - Les albums

L'album éponyme est de suite un succès. Il comporte déjà des incontournables : "Break on through" ouvre le disque de manière incendiaire avec un Jim survolté, "Light my fire" met en lumière les talents de claviériste de Manzarek, tandis que "The end" clôt l'album de manière magistrale. Pour un coup d'essai, cet album enregistré en un seul mois, est un coup de maître, l'osmose entre les 4 membres y étant pour beaucoup.

I found an island in your arms
Country in your eyes
Arms that chain us
Eyes that lie
Break on through to the other side
Break on through to the other side
Break on through, ow
Oh, yeah


Image utilisateur

L'année suivante, "Strange days" sort dans les bacs. Et s'il en était besoin, il est une confirmation du talent du groupe. Toujours produit par Paul A. Rotchild, producteur entre autres de Janis Joplin, on retrouve le même parfait équilibre entre la musique et le chant. L'orgue de Manzarek est enjoleur, la voix de Morrison charmeuse, la guitare de Krieger cajoleuse, et la batterie de Densmore enveloppante. C'est un album abouti dans lequel on se sent bien, jusqu'à la conclusion exceptionnelle : "When the music's over". L'album connaît à juste titre un gros succès commercial.

(à suivre)


Non Connecté manu2
Inscrit le : 05/03/16
Membre Disque d'Or
1448 messages
Posté le 22/10/21 à 18:39
1968, année du 3ème album des Doors : "Waiting for the sun". C'est une fois de plus un très bon album, dans lequel on retrouve d'excellents titres. "Unknown soldier", ouvertement anti-militariste alors que se déroule la guerre du Viet-Nam, raconte l'exécution d'un soldat pour qui... la guerre est désormais finie ! "Not to touch the earth" est un court extrait d'un poéme épique écrit par Morrison, qui devait s'intituler "The celebration of the lizard" et dont la version intégrale ne verra finalement jamais le jour. On peut le regretter à son écoute, car l'orgue de Manzarek fait des merveilles sur ce titre énergique. Quant à "Hello, I love you", il devient le nouveau succès du groupe, même si ça reste une chanson légére sur un coup de foudre amoureux.

Image utilisateur

Et c'est en pleine année érotique, que The Doors sort déjà son 4ème album, intitulé "The soft parade". Pour l'enregistrement; plusieurs musiciens viennent compléter le line-up d'origine, notamment avec du cor, du saxophone et du trombone. Jim Morrison est de plus en plus accro aux drogues ainsi qu'à l'alcool, ce qui va aboutir à 12 mois de studio pour l'élaboration de cet opus, et la moitié des titres écrits par Robby Krieger.
"Touch me" sort immédiatement du lot, un titre catchy, chanté avec conviction par Jim et qui va cartonner en single. Et même si certains titres font trop "club de jazz", à l'instar de "Runnin' blue" et que le titre éponyme qui clôt l'album n'a clairement pas la maestria de "The end" ou "When the music's over", ça reste un bon disque, avec un son moins rock, teinté de blues et de jazz.

La pochette ouvrante de la version US de "The soft parade" :

Image utilisateur

Non Connecté manu2
Inscrit le : 05/03/16
Membre Disque d'Or
1448 messages
Posté le 04/11/21 à 20:04
Image utilisateur

En 1970, paraît "Morrison hotel", du nom d'un hôtel qui existe réellement à Los Angeles, avec sa face A intitulée "Hard rock café" et sa face B du même nom que le titre de l'album.
Les Doors abandonnent l'idée du traditionnel titre long pour clore l'opus, ce qui nous permet d'avoir un peu plus de chansons que d'habitude. C'est un très bon album, avec moins de titres qui feront la réputation du groupe, mais à la fois homogène et supérieur à "The soft parade".
On commence d'ailleurs très fort avec "Roadhouse blues", parfaitement adapté à la voix de Jim, sur une rythmique imparable très bluesy comme le titre l'indique. Suit l'excellent "Waiting for the sun"... Ca ne vous dit rien ? Eh bien, c'est le titre qui a donné le nom au 3ème album des Doors, mais ici dans sa version finale !

Non Connecté manu2
Inscrit le : 05/03/16
Membre Disque d'Or
1448 messages
Posté le 05/11/21 à 19:07
Image utilisateur

C'est déjà l'ultime album des Doors, période Morrison, qui sort en 1971. Et c'est encore un excellent album, voire l'un de leurs meilleurs. "L.A. woman", le titre de l'album éponyme, est magique ! Les Doors nous transportent à vive allure dans un road trip en hommage à leur ville de prédilection, Los Angeles. Sans oublier le splendide "Riders on the storm" qui clôt l'album en vous hérissant les poils sur fond d'orage. Avant cela, on a droit à d'autres titres superbes, tels "Love her madly", léger et entraînant, ou encore "Cars hiss by my window", une balade bluesy très lente, sublime !
A noter, que pour la 1ère fois, le producteur habituel va laisser les manettes à Bruce Botnick, l'ingénieur du son du groupe, qui travaillera plus tard avec le compositeur de musiques de films, Jerry Goldsmith.

Well, I just got into town about an hour ago
Took a look around, see which way the wind blow
Where the little girls in their Hollywood bungalows
Are you a lucky little lady in the city of light
Or just another lost angel, city of night
City of night, city of night, city of night, woo, come on


L'intérieur de la pochette ouvrante de "An american prayer" :

Image utilisateur

7 ans après la mort de Jim Morrison, paraît "An american prayer". Il s'agit de textes lus par Jim, et mis en musique par le reste du groupe. C'est forcément plaisant de réentendre sa voix, mais c'est un peu foutraque, avec un mélange de textes, d'interviews, de reprises de musiques connues (The end, Riders on the storm...), de bruits de rue, et même une version chantée de "Roadhouse blues". L'album aurait pu être un cheminement initiatique dans l'oeuvre de Morrison, mais cousu de fil blanc, il reste un document sonore. Un livret accompagne le disque et présente l'ensemble des textes.

Le livret :

Image utilisateur

Non Connecté manu2
Inscrit le : 05/03/16
Membre Disque d'Or
1448 messages
Posté le 01/12/21 à 19:07
Après un gros manque de temps, je reprends ce panorama de la discographie des Doors, avec...

II - Les compilations

Il existe un nombre incalculable de compils, pour ma part, je vous présente celles que je possède.

Image utilisateur

"Weird scenes into the gold mine", sortie en 1972, propose sur 2 disques un excellent aperçu de la carrière du groupe, époque Morrison. On retrouve les standards tels "The end" ou "Riders on the storm", agrémentés de titres un peu moins connus, mais très bons, comme "Shaman's blues" ou "The spy".

La pochette ouvrante de "Weird scenes..." :

Image utilisateur

Un parfait complément à la compilation précédente, c'est "The best of The Doors", sorti en 1976, avec des titres incontournables qui en étaient absents. "Who do you love", "Touch me" et "Light my fire" justifient à eux seuls l'achat de cet opus pour rentrer doucement, mais sûrement, dans l'univers envoutant de Morrison et Manzarek.



Non Connecté manu2
Inscrit le : 05/03/16
Membre Disque d'Or
1448 messages
Posté le 08/12/21 à 18:38
En 1991, "The Doors" sort au cinéma. Film brillant, réalisé par Oliver Stone, qui arrive à capter le charisme et l'auto-destruction de Morrison, interprété par un excellent Val Kilmer. L'édition de la BO en vinyl est un best of de leur carrière.

Image utilisateur


Non Connecté manu2
Inscrit le : 05/03/16
Membre Disque d'Or
1448 messages
Posté le 09/12/21 à 18:36
III - Les concerts

Et s'il y a un groupe qui attise la foule en concert, c'est bien les Doors ! Jim Morrison, souvent alcoolisé et drogué, se fera d'ailleurs arrêté pour incitation à la débauche et à l'émeute. Selon l'état d'ébriété de Morrison, les concerts vont donc être plus ou moins agités, allant du sublime au pathétique.

Image utilisateur

"Alive she cried" ne sort qu'en 1983, et reprend plusieurs extraits de concerts donnés entre 1968 et 1970, en Europe et aux USA. On retiendra notamment une version de 9'51" de "Light my fire" ainsi qu'une reprise de "Little red rooster" jamais sortie en album.

Encore une compilation de titres en concert avec "Absolutely live", un double album qui sort en 1970. On y retrouve des titres longs tels que "When the music's over", ou "The celebration of the lizard", titre largement amputé sur son édition album.

La pochette ouvrante de "Absolutely live" :

Image utilisateur


Non Connecté manu2
Inscrit le : 05/03/16
Membre Disque d'Or
1448 messages
Posté le 10/12/21 à 18:41
Image utilisateur

Incroyable mais vrai, le "live at the Bowl'68" ne paraît dans sa version intégrale qu'en... 2012 ! Le concert a été filmé, et fait du coup l'objet d'un DVD. On y retrouve des incontournables tels "Texas radio and the big beat", "The unknown soldier" et "The end" qui remplit à lui seul la dernière face de cet excellent double album.

La pochette ouvrante de "Live at the Bowl'68" :

Image utilisateur

Encore des extraits de plusieurs concerts avec le triple album "In concert" qui sort en 1991. Rien de neuf, mais les titres sont excellents, et on ne ressent pas trop le montage audio entre les différents concerts.

2 parties sur 3 de la pochette ouvrante de "In concert" :


Image utilisateur

Culte :




Non Connecté manu2
Inscrit le : 05/03/16
Membre Disque d'Or
1448 messages
Posté le 16/12/21 à 20:15
Image utilisateur

En 2010, c'est au tour du "Live In New-York" d'être édité. Sur 2 disques s'étale cet enregistrement radio du 17 janvier 1970, édité par Rhino. On retrouve, avec un son excellent, les hits "Roadhouse blues", fantastique, "Break on through", énergique, "Who do you love ?", sensationnel et "Light my fire", sublime !

"Live at the Isle of Wight festival 1970" paraît en 2019 pour le Record Store Day. Limité (!) à 11 000 exemplaires (j'ai le n° 2433), ce superbe concert donné le 30 août 1970 devant pas moins de 600 000 personnes, ne contient certes que 7 titres sur 2 vinyls, mais des incontournables tels que "Break on through", "Roadhouse blues", "When the music's over", "Light my fire" et le maintenant légendaire "The end".

La pochette ouvrante de "Live in New-York" :

Image utilisateur

Non Connecté manu2
Inscrit le : 05/03/16
Membre Disque d'Or
1448 messages
Posté le 17/12/21 à 18:55
Image utilisateur

"London fog" est un 25 cms paru lors du Record Store Day 2019. C'est une fois de plus un pressage limité (!!) à 11 000 exemplaires (j'ai le n° 4941). On y retrouve leur tout premier concert enregistré, en mai 1966, non pas dans le brouillard londonien, mais au London Fog, une boîte de nuit située à West Hollywood, en Californie. Peu de titres connus, car il s'agit là des tout débuts du groupe, mais quelques chansons originales et des reprises, telle "Rock me" un blues signé Muddy Waters. Un véritable document sonore au son très correct.

Il y a eu pléthore de bootlegs pour les Doors. En vinyl, je n'en ai qu'un seul, le "PBS Critique". Il s'agit d'un concert donné par les Doors lors d'une émission TV sur la chaîne américaine WNET, le 29/04/1969. On retiendra notamment la version de pas moins de 13 minutes de "Light my fire", qui ne sera finalement pas retenue pour l'émission !

Non Connecté lolopod
Inscrit le : 03/11/16
Membre Disque d'Or
1133 messages
Posté le 17/12/21 à 20:42

manu2 a écrit :
III - Les concerts

Et s'il y a un groupe qui attise la foule en concert, c'est bien les Doors ! Jim Morrison, souvent alcoolisé et drogué, se fera d'ailleurs arrêté pour incitation à la débauche et à l'émeute. Selon l'état d'ébriété de Morrison, les concerts vont donc être plus ou moins agités, allant du sublime au pathétique.

Image utilisateur

"Alive she cried" ne sort qu'en 1983, et reprend plusieurs extraits de concerts donnés entre 1968 et 1970, en Europe et aux USA. On retiendra notamment une version de 9'51" de "Light my fire" ainsi qu'une reprise de "Little red rooster" jamais sortie en album.

Encore une compilation de titres en concert avec "Absolutely live", un double album qui sort en 1970. On y retrouve des titres longs tels que "When the music's over", ou "The celebration of the lizard", titre largement amputé sur son édition album.

La pochette ouvrante de "Absolutely live" :

Image utilisateur

Il est chouette Absolutely Live , bien enregistré je trouve

Non Connecté manu2
Inscrit le : 05/03/16
Membre Disque d'Or
1448 messages
Posté le 20/12/21 à 20:08
IV - Les maxis

Et s'il y a bien un film qui a contribué à populariser la musique des Doors, c'est "Apocalypse now" de Francis Ford Coppola, avec cette scène dantesque des hélicoptères sur fond musical de "The end". Le maxi vinyl sort en 1979, en même temps que le film, et présente une version courte de "The end", incluant le ronronnement des hélicoptères ! En face B, c'est un instrumental composé par Coppola, "Delta".

Extrait de "Alive she cried", voici en 1983 le majestueux "Gloria", la très belle reprise du titre de Van Morrisson. En face B, on retrouve "Love me two times" extrait du même album.

D'autres maxis sortiront, mais dans les années 90... ils sont actuellement tout en haut dans ma liste de recherches !

Image utilisateur

Non Connecté manu2
Inscrit le : 05/03/16
Membre Disque d'Or
1448 messages
Posté le 27/12/21 à 18:45
V - Les laserdiscs

Peu de laserdiscs, mais ceux-ci sont de qualité.

2 pressages japonais :

Image utilisateur

Ce n'est pas le son mono, ni le noir et blanc, qui vont gâcher notre plaisir lors du visionnage de "Live in Europe". Constitué d'extraits de concerts donnés en Allemagne, Danemark, et Angleterre durant l'année 1968, ce laserdisc paraît en 1989. L'image est certes moche, l'interview de 2 gus parfaitement inutile, et les ajouts de photos au milieu des prestations scéniques, maladroit. Mais ça reste une compilation de documents d'époque, beaucoup trop rares et donc précieux.

"Live at the Hollywood Bowl" sort en 1992 et reprend la quasi intégralité du concert donné le 4 juillet 1968. L'image est en couleurs, et le son en stéréo pour un concert en tout point remarquable. Il faudra néanmoins attendre la sortie du dvd en 2012 pour avoir le concert complet, avec notamment "Texas radio and the big beat".

Pressage US à gauche, japonais à droite :

Image utilisateur

"Dance on fire" sort quant à lui en 1985, et propose des passages TV du groupe, des clips, ainsi que des textes lus par Jim Morrison et mis en images. On retrouve leurs hits, comme "Break on through", "Light my fire" ou encore le sublime "L.A. woman" avec un son parfait, et en couleurs !


Non Connecté manu2
Inscrit le : 05/03/16
Membre Disque d'Or
1448 messages
Posté le 28/12/21 à 20:16
VI - Pour aller plus loin

En guise de conclusion, voici les livres, DVD et CD que je vous encourage à vous procurer pour parfaire sa connaissance de ce groupe mythique. Il s'agit de ceux que je possède, mais si vous pouvez m'en recommander d'autres, je suis à l'écoute.

Image utilisateur

J'ai 2 livres :

- Jim Morrison, de l'autre côté, de James Henke. Il s'agit dun bouquin très ludique, puisque de nombreux fac-similés sont inclus à l'intérieur des pages. Une découverte originale de l'oeuvre de Morisson pour laquelle j'avais fait une vidéo de son ouverture :



- L'autre livre, plus classique, s'intitule "Les Doors", par William Ruhlmann. C'est une traduction en français, plus ou moins bien réussie, qui synthétise la carrière du groupe, accompagnée de belles grandes photos noir et blanc.

Image utilisateur

En accompagnement des laserdiscs, il faut bien sûr les DVD, qui reprennent les différents concerts filmés du groupe, ainsi que le film réalisé avec brio par Oliver Stone.

Image utilisateur

Il existe de nombreux bootlegs de leurs concerts, le groupe ayant malgré sa courte longévité, beaucoup tourné. Tous ceux représentés sur la photo ont un son qui va de correct à très bon. Bien que souvent incomplets, je les recommande chaleureusement, car ils sont un parfait complément aux concerts sortis officiellement.

Je remercie tous ceux qui ont suivi cette immersion dans l'univers discographique de l'un des plus grands groupes de l'histoire. On est d'ailleurs en droit de se demander quelle aurait été son évolution, si Jim avait vécu plus longtemps et pris moins de drogue..

Je m'excuse pour mes ajouts de posts de manière irrégulière, mais j'ai pas mal manqué de temps. Le prochain groupe qui devrait faire l'objet d'un hommage, c'est... ZZ Top !

Pour rappel, les différents sujets que j'ai postés par le passé :

Mark Hollis
Rachid Taha
Dave Greenfield
Florian Schneider
Freddie Mercury
Daphné Hendricks
George Young
David Bowie
Vous devez être connecté pour ajouter de nouveaux messages.
Vous êtes ici : Accueil >> Index du Forum >> On Record >> Hommage à Jim Morrison : ma collection des Doors

Connecté(s) sur le site : et 70 visiteur(s)

testeur voyage Sections Vinyle
Vous disposez d'un droit d'accès, de modification ou suppression des données vous concernant à l'adresse suivante :contact
Copyright © 2009-2016 Vinyls-collection.com ® - Tous droits réservés